31.12.04

À une salope


À toi,
Tu te reconnaîtra.

Non ça ne sert à rien
Ne tends pas les mains
Laisse ma souffrance.

Non, j’ai bien trop de jours
Restés sans amour,
Et sans espérance.

C'est la faute à pas de chance.

Je suis là comme un imbécile
Moi l’être si docile
Don tu t’es moqué.

Je voudrais te crier ma haine
Mais ça, je ne le pourrais.
De toi que dire, sinon t’avoir aimé.

Cet amour n’était pas pour nous
Je n’ai pas cru, je dois le dire
Que toi et moi ça durerait.

Les sentiments ça fait sourire,
Mais que faire de quelqu'un,
Qui ne sait que compter.


19 novembre 2004

Libellés : , ,

Google