30.1.05

Claudette



Un jour de 1985, j’ai écris,
Je lui disais,
Toi, dont j’ai rêvé
Après tous ces temps usés,
À beaucoup te chercher,
Mais où étais-tu, toutes ces années,
Maintenant, que je t’ai trouvé….
Alors,
De son île, mariée,
Elle s’est échappée, et
À Paris, on s’est aimé,
Le temps passe,
Je suis ici, là, ailleurs.
Un jour, elle partit, là-bas.
Elle m’écrit, Paris, sans toi,
N’est pas Paris.
On ne sait jamais perdue de vue,
On s’est visité, entrevu.
On a vécu, elle là-bas,
Moi par ci et par là.
Pris par je ne sais quoi,
Et le temps passa.
Un jour de mai 90, elle me retourna
Mon écrit, en l’ajustant.

Toi dont j’ai rêvé et attendais.
Après tous ces temps usés,
À beaucoup te chercher.
Dans ma vie, tu es passée,
En coup de vent sans y rester.
De t’avoir perdu aussitôt,
Après t’avoir trouvé.
Me troublé toujours les pensées.
L’espoir de se retrouver un jour.
À Venise,
On devait se réunir,
Mais la vie l’a quittée,
Avant de le réaliser.
Claudette,
D’avoir en 2004 retrouvé ta lettre.
Me trouble les pensées.

Libellés : , ,

Google