1.1.05

Ho ! Suzanne

Ho ! Suzanne,
Que je suivis un jour
Aspiré par
L’ondulante rondeur
De ton derrière.
Tu m’aurais conduit
Au bout du monde.

Mais de ton passage
Il ne me reste,
Que, ce que tu m’as laissée
Une petite culotte,
Oubliée
Sur mon canapé.

Elle a emportée avec elle
Ses lèvres humides,
Ses mains et
Son odeur de jasmin


lundi 31 décembre 2001

Libellés : , ,

Google